Stéphanie Jouffret | L’artiste
142
page,page-id-142,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,stéphanie jouffret-ver-1.8, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,fade_push_text_top,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,grid_800,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive
L'ARTISTE

« Je travaille le papier, en respectant les altérations de la matière sans idée préconçue du résultat avant de commencer. Je me laisse guider par la matière, la manière dont elle se reconstitue, telle une cristallisation ou une sédimentation, strate par strate. Le travail est lent, minutieux. J’aime la manière aléatoire dont les choses arrivent. La relation entre le matériau et le temps nécessaire à l’élaboration ressemble à la façon dont les êtres se rassemblent, se suivent, dont les villes émergent ou dont la vie se construit. Le résultat est une entité dynamique avec sa propre couleur, vibration, personnalité. Finalement le processus de création est aussi important pour moi que le travail fini. Mes tableaux ressemblent à des écorces, du minéral mais ce sont en fait les traces ou les fragments de mes émotions. Les tableaux sont des harmonies de papier construites par la couleur et la matière. Du papier collé issus de multiples supports imprimés ou gravés assemblés par strates successives sur toile. Leur tissage minutieux s’élabore avec lenteur. Les strates s’additionnent, se superposent comme un glacis, jusqu’à obtenir une insondable profondeur. Avec la matière comme point de départ, elle fait de chacun de ses fragments un tout ordonné. »

Stéphanie Jouffret
BIOGRAPHIE

Autodidacte, attirée depuis toujours par la peinture, Stéphanie Jouffret crée des tableaux en collages de papiers froissés. Après un parcours professionnel riche en enseignements et rencontres, elle assiste Anne Cartier-Bresson, restauratrice de photographies, à l’Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris, où elle s’occupe de l’exposition itinérante «Paris sous l’objectif», puis rentre au musée Galliera, musée de la mode et du costume de la Ville de Paris où elle développe des activités artistiques pour enfants dans le cadre des  expositions temporaires du musée. En 2008, elle s’installe à Toulon avec sa famille où elle se consacre à sa passion. Elle est sélectionnée pour la triennale du papier 2011 à Charmey en Suisse. Son style pictural abstrait propose des impressions composées de strates, de formes fragmentées. Sa palette sobre quasi monochromatique devient sculpture de surface qui se révèle par la lumière. Ses œuvres sont construites avec du papier, collages où les couches et les particules s’ajoutent, se superposent jusqu’à créer une vibration diffuse, douce, changeante.